Solidarité Prison

La Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille intervient auprès de jeunes mineurs incarcérés, en collaboration avec l’Association Arc-en-ciel.

Le projet vise à garantir le respect des droits à l’éducation des mineurs incarcérés en vue de leur réinsertion dans la société. Au delà de l’encadrement éducatif, une attention particulière est portée sur le soutien psychosocial, l’apprentissage professionnel et la réinsertion familiale.

La Prison Centrale de Libreville accueille actuellement les mineurs en conflit avec la loi pour des délits divers. Ces jeunes, âgés de 14 à 18 ans, sont généralement issus de milieux défavorisés, où l’échec scolaire est récurrent. 

Or, la construction de perspectives d’avenir pérennes et équilibrées passe nécessairement par un encadrement éducatif. Le milieu carcéral n’est cependant pas suffisamment équipé, tant en termes de fournitures que de locaux et de ressources humaines pour remédier à ces carences éducatives, et ce malgré́ les engagements et les efforts des pouvoirs publics. 

La Fondation Sylvia bongo Ondimba pour la Famille travaille à garantir le respect des droits à l’éducation des mineurs en conflit avec la loi en vue de leur réinsertion scolaire et sociale. En collaboration avec l’Association Arc- En-Ciel et le concours des pouvoirs publics, elle soutient de manière constante l’école de la Prison afin de donner aux jeunes les clés de leur réinsertion future. 

L’accompagnement de ces jeunes en difficultés s’oriente non seulement vers le soutien scolaire, à travers une remise à niveau académique; mais il a aussi vocation à assurer une réinsertion plus globale au sein de la société.

Ainsi, chaque année, environ 80 mineurs bénéficient de cours d’alphabétisation, de français, de mathématiques, et d’informatique. Ils suivent parallèlement un apprentissage du code de la route et assistent à des séances de soutien psycho-social. Des kits alimentaires et d’hygiène leur sont distribués pour améliorer leurs conditions de vie et d’étude au sein de la prison. 

La rénovation complète de l’école, la formation du personnel, ainsi que la dotation des élèves en fournitures scolaires permettent aujourd’hui à ces jeunes de bénéficier de conditions d’études convenables, et aux pouvoirs publics de prendre le relais de cette initiative dans de bonnes conditions.

  • Garantir aux mineurs incarcérés à la Prison Centrale de Libreville le respect de leurs droits à l’éducation et au soutien psychosocial;
  • Préparer les jeunes à la réinsertion familiale, scolaire et socio-professionnelle.